Blog Le Triathlon

Comment débuter et progresser en triathlon

Home » Triathlon sprint de Wanze : ma première victoire sur un triathlon

Triathlon sprint de Wanze : ma première victoire sur un triathlon

Salut les triathlètesSourire,

Le début de saison bat son plein et je participais dimanche à mon 3ème triathlon de 2018.

C’était le triathlon de Wanze où 2 distances étaient proposées. Sprint le matin avec 500m – 17km – 5km et la distance spéciale l’après-midi, avec le triathlon 555, soit 500m – 50km – 5km.

Le 555 me tentait bien mais j’avais déjà réservé mon après-midi pour le Jogging de Verviers de 13km qui est un gros rendez-vous du calendrier de course à pied de ma région avec 2400 coureurs.

 

J’ai donc décidé d’enchaîner le triathlon sprint de Wanze avec le jogging de VerviersSourire

Alors comme à mon habitude, voici un compte rendu et 3 conseils en triathlon que j’ai appris.

 

Pour les pressés :

Natation (500m ou plutôt 630 sur la montre) : 8’26 avec courant favorable

Vélo (17km) : 30’40

Course à pied (5km) : 18’10

Total : 58’50 (1er sur 110 participants) = premier podium et première victoire sur un triathlon

 

Jogging de Verviers de l’après-midi :

13,06km : 47’26

27ème sur 2400 participants

 

Pour ceux qui veulent plus de détails, voici le compte rendu complet du…

Triathlon sprint de Wanze : ma première victoire sur un triathlon

podium triathlon sprint wanze 2018

 

Je sors de presqu’1 semaine sans entrainement car j’étais en formation à l’étranger donc je me lève très frais le jour de la course, plutôt heureux sachant qu’il y en aura 2Sourire

On arrivant sur place en voiture avec Alex et son père, compagnons de club, on repère la fin du parcours vélo qui est très rapide car ce sont de longs faux-plats descendants et une descente avant de finir par quelques kilomètres de plat le long de la Meuse.

Ca risque de rouler vite mais pour arriver au point culminant du parcours, ça doit forcément monter quelque part. Et je suis rapidement mis au courant qu’il a bien une méchante côte au début du parcours. A découvrir lors de la course…

Préparatifs habituels dans le parc à vélo, bonne ambiance sur le site, le long de la Meuse, donc un très chouette cadre pour un triathlon. Je sais que sur cette distance plus courte, il y aura un moins gros niveau que sur la course de l’après-midi mais je repère néanmoins quelques bons concurrents avec qui ça risque de batailler. Même si le speaker, que je connais étant le gérant du magasin Lifesport proposant des articles de triathlon dans ma région, m’assure une place sur le podium, je reste persuadé qu’une place n’est jamais acquise avant la ligne et que tout peut arriver dans une course…

Justement, la course on y est! Après quelques discussions avec des abonnés du blog, je rentre dans l’eau de la Meuse. Première fois que j’y mets les pieds mais rien de lamentable. La température est bonne, c’est juste qu’on ne voit rien dans l’eau.

 

Natation amusante avec le courant :

On est une bonne centaine dans l’eau donc je me place à l’avant sachant que je risque de sortir de l’eau dans les premiers vu mes progrès de cette saison.

Au départ, ça bouscule quand même un peu puis je finis par laisser partir les bons nageurs et me retrouve dans le 2ème groupe. La natation est assez amusante car il s’agit d’une ligne droite effectuée dans la Meuse dans le sens du courant. On nage donc plus vite que d’habitude mais les appuis dans l’eau sont un peu différents. C’est assez bizarre de se sentir poussé par l’eau, même si c’est bien agréableClignement d'œil Une natation un peu rallongée avec environ 630m sur la montre.

Chrono en 8’26 soit 1’20/100m donc le courant est bien favorable, nageant plutôt en 1’27 – 1’30 par 100m en eau libre.

Je sors ainsi 6ème de l’eau à 50 secondes de la tête.

 

Un vélo aux avant-postes :

Après une rapide transition, je ne le sais pas mais je sors en fait 4ème du parc. Et avec seulement 17km à parcourir, je décide de pousser directement sur les pédales car je pense qu’il n’y a pas d’autre tactique sur triathlon sprint sans drafting, c’est presque tout à bloc! Je remonte ainsi quelques concurrents sur la première longue ligne droite face au vent puis je tourne à droite où j’attaque une côte avec de gros pourcentages!

Ca calme directement… Mais je me mets en danseuse et je pousse. Un supporter au bord de la route m’annonce que je suis premierSourire What?? Comment c’est possible? Moi, plutôt à l’aise en course à pied… mais qui vient de nul part en natation et à vélo. J’étais une vraie pierre il y a 4 ans et je roule toujours avec un 34-28 comme plus petit développement n’étant pas encore très puissant… et on m’annonce que je suis en tête d’un triathlon sur la portion vélo? C’est juste incroyable! Peu importe la taille de ce triathlon, je le vois comme une récompense pour mes progrès des derniers mois. Et ça me donne des ailes!

Mais 50m plus loin, je me fais dépasser par un flamand avec roue lenticulaire qui envoie du lourd. Il me demande alors combien de personnes sont devant en me passant et je suis bien contraint de lui avouer que maintenant c’est lui le premierRire

Par contre je décide de tout donner pour rester au contact. Le relief devient plus plat et l’écart reste stable, 20 mètres, à croire que j’ai surtout progressé sur le plat. S’enchaînent d’autres portions en côte où je sers les dents pour ne pas laisser filer. Puis un autre athlète me dépasse avec beaucoup de facilité. Là je me dit que ça va être dur! Vivement la fin de la côte.

Au final, environ 6km de montée pour maintenant laisser place au plat et à la descente.

Je m’y sens mieux et je garde le visuel sur les 2 premiers. C’est trop génial de savoir qu’on se bat pour une éventuelle place sur le podium. Sur cette 2ème partie du vélo, je reviens sur le 2ème que je dépasse en descente. Par contre, je perds la vision sur le flamand, premier et qui pousse fort.

J’approche de la fin et me refait dépasser sur le plat face au vent avant T2 mais je sais que vient ma partie préférée.

 

Courir derrière un VTT qu’on ne peut pas rattraper :

T2 parfaite, je n’y laisse pas 1 seconde de trop, ce qui me redonne la 2ème place. Je suis maintenant à la poursuite du premier qui a fait une transition plus lente et se trouve donc à moins de 100m. Je veux essayer de rapidement boucher le trou afin d’évaluer son niveau. Donc je pars sur une base de 3’25/km et après même pas 1 kilomètre je suis dans ses pieds.

Je me cale à son allure et je réalise vite qu’il respire fort et qu’il ne pourra sûrement pas aller beaucoup plus vite. Bonne nouvelleSourire

Mais comme je ne connais pas le niveau derrière, je décide directement de prendre la tête, à une allure un rien plus faible (environ 3’35/km). Je creuse donc progressivement l’écart sans être “à fond”.

Et je découvre alors le plaisir de contrôler une course. Une première pour moi…

Par contre, il y a un aspect auquel je ne m’attendais pas, c’est le fait de courir constamment 15 mètres derrière un VTT (qui ouvre la course) et qu’il est donc impossible de rattraper. Si j’accélère, il accélère… Si je ralentis, il ralenti… Il y a presqu’une forme de frustration de se dire “quoi que je fasse, je ne peux pas le dépasserRire”! Bon je vous l’accorde, c’est une frustration de luxe.

Je reste néanmoins concentré et arrive au turning point après 2,5km.

Pas de chance, le ravitaillement est placé quelques mètres plus loin que le turning point, ce qui signifie qu’il faut courir plus loin si on veut se ravitailler. Peut-être un choix de l’organisateur pour pousser à l’athlète à choisir?… “un peu plus de distance mais un ravito, ou pas de ravito mais un peu moins de distance?” Ca met du FUNRire

Il ne fait pas trop chaud et il reste peu de distance donc je prends l’option 1 sans réfléchir davantage. Je peux ensuite voir l’écart sur mes poursuivants. Je vois que j’ai de la marge mais que je le 3ème est aussi revenu sur le 2ème donc faudra faire attention. Afin d’anéantir toute possibilité de retour, j’accélère pour creuser un net écart. Je peux ensuite profiter des 2 derniers kilomètres en relâchant calmement sachant que j’ai encore un jogging de 13km avec du dénivelé qui m’attend l’après-midi.

Le VTTiste me prévient que ça revient derrière mais je ne me tracasse pas, il y a encore un peu de marge.

Je profite enfin de tous les autres athlètes que je croise et qui me félicitent voyant que je suis le premier. Ca fait très plaisir et j’essaye de les féliciter ou les remercier à mon tour.

 

Etre le premier à franchir la ligne d’arrivée :

Ca y est, après 18 minutes, j’arrive sur le tapis rouge, le speaker annonce mon arrivée et me félicite chaleureusement, tout comme le public et je peux prendre le temps de savourer ma première victoire en triathlonSourire

Je félicite directement mes poursuivants qui ne tardent pas à franchir eux-aussi la ligne et c’est donc une sensation un peu nouvelle qui m’envahit. Elle fait presqu’oublier l’effort! En tout cas, l’euphorie fait que j’avais l’impression d’avoir fourni moins d’effort que sur mes autres triathlons.

 

Mais ce ressenti sera de courte durée car le jogging suit quelques heures plus tard.

En résumé, une très belle matinée sur ce triathlon de Wanze, une première victoire en triathlon que je retiendrai et une belle organisation. A l’exception de ce fameux ravito, je dois avouer que l’organisation était même extra! Au plaisir d’y revenirClignement d'œil

 

Mini compte rendu du Jogging de Verviers :

En m’échauffant, je sens que les jambes sont lourdes donc je sais que la course s’annonce difficile. Surtout que le parcours ne laisse pas place à l’impro, vu les difficultés présentes.

Un départ très rapide en descente et qui tape fort dans les cuisses. Je suis directement dans le dur et je m’accroche alors à Jean-Mi, compagnon de club, qui me dépasse après le premier kilomètre sur le plat. Je ne réfléchis pas trop et suis le rythme. Je vois que les puls sont hautes, à la limite de mon seuil anaérobie donc ça passe mais avec la fatigue du matin, je redoute d’exploser plus loin sur le parcours.

Heureusement, vers le 4ème kilomètre, dans la grosse difficulté, je commence à me sentir mieux et à retrouver un rythme qui me convient bien. Je relance un peu et me détache de mon petit groupe de 4 pour ensuite revenir sur quelques athlètes isolés.

Je sens quand même que c’est musculairement très dur, surtout dans les mollets avec l’enchaînement des côtes mais ça passe toujours. Les encouragements très nombreux du public omniprésent aidantClignement d'œil

Jogging de Verviers 2018

Je déroulerai ainsi sur le même rythme jusqu’au bout. Pas la force de m’arracher sur les 2 derniers kilomètres pour rester au contact des 2 autres coureurs avec qui je suis mais ça me satisfait amplement comme ça pour cette grosse journée!

Au final, un magnifique chrono pour ces 13km en 47’26 (17km/h) et une 27ème place sur 2400Sourire la course étant remportée pour la 5ème fois par Florent Caelen en 41’45, ayant représenté la Belgique sur l’épreuve du marathon des derniers Jeux Olympiques de Rio.

Que demander de mieux pour cette très belle journée sportive? Si ce n’est un bon massage et un morceau de tarte au riz après l’arrivéeRire

 

3 conseils en triathlon appris grâce au triathlon de Wanze :

1. Optimiser au plus ses transitions car en regardant le classement, j’ai vu que le 2ème avait en fait été plus rapide que moi de 36 secondes, si on retire les transitions. Hormis le fait que j’ai ralenti à la fin de la course, je l’ai battu uniquement grâce à mes bonnes transitions.

2. Garder un maximum le visuel sur la tête de course. Cela permet d’augmenter la motivation et faciliter les trajectoires à vélo qui sont ouvertes par le ou les premier(s).

3. Evaluer l’écart sur ces concurrents proches s’il y a un turning point pour pouvoir gérer son effort en fonction.

 

On progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Nom de l auteur

Nom : Francois Kartheuser

17 commentaires sur “Triathlon sprint de Wanze : ma première victoire sur un triathlon

  • Une belle performance avec une belle analyse 😉

    Reply
  • Félicitations ! Trop la classe ! J’adore lire tes articles car grâce à toi, j’ai réussi à me lancer sereinement en triathlon tout récemment 🙂

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Merci! Et félicitations à toi aussi. Je te souhaite la bienvenue parmi les triathlètes ainsi 🙂

      Reply
  • Très grand bravo!
    Une bonne prépa, des bons conseils, du partage et de la bonne humeur…ça paye!

    Reply
  • christophe despagne

    bjr François,
    Beau résultat qui prouve ton potentiel ; félicitations !!
    c’est sur que doit etre bon pour le oral et la confiance n soi .
    merci de tes blogs et tes programmes, mais pas certain de pouvoir les suivre vraiment;
    à ce jour je fais des tri CD ( en moins de 3h) mais le LD prévu en Septembre devrait aller , sans prétention de classement , vu mon age (60 ans en ligne de mire)et ayant à crowler il y a tout juste qq années.
    Bonne continuation
    Christophe D

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Merci Christophe.
      Tant que le plaisir sera là sur ton L, c’est le principal. Le chrono est finalement moins important 😉

      Reply
  • Félicitations pour ces résultats …… Le bon travallie paie toujours et parfois il faut être patient !!!
    Je prends acte de tes conseils en me reposant plus souvent et …. Ça va mieux . Demain matin, le Triathlon S le plus attendu de ma saison donc c’est le 2nd et on verra l’évolution !!!!
    Merci encore pour ces CR et conseils’

    Reply
  • En lisant ton CR j’avais l’impression d’y être ! Félicitations ! Chaque victoire (même sur de petites distances) doit être fêtée 😉 C’est en faisant des petits pas qu’on avance durablement.
    Par contre je ne connais pas la tarte au riz, est-ce que c’est une spécialité belge ?

    Reply
  • Ouah félicitations Francois !
    Il n’y a pas de « petite » victoire, et en terme d’expérience c’est extra de vivre la bataille pour les premières places.
    Nul doute que ça te servira pour les prochaines courses.

    Thomas
    Ps : 1’20/100m le courant c’est encore mieux que les palmes

    Reply
  • Félicitations François !
    Et encore merci pour tes conseils et ta générosité.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​4 plans S, M, half ou IRONMAN® gratuits et adaptables à ton agenda