Blog Le Triathlon

Comment débuter, progresser et performer en triathlon

Home » Triathlon DO de Seneffe : coup de gueule !

Triathlon DO de Seneffe : coup de gueule !

J’ai décidé d’écrire cet article suite à un évènement survenu ce weekend au triathlon de Seneffe!

Dimanche avaient effectivement lieu plusieurs triathlons à Seneffe dont ceux des jeunes, un sprint et un DO (ou 1/4)…

Sans objectif particulier sur ce triathlon, j’ai pris part à la course du DO. Il s’agissait de mon premier triathlon de la saison et celui-ci faisait office de course de préparation avant mon semi à Indeland au mois de juin.

Superbe journée ensoleillée pour participer à un triathlon, j’étais naturellement très heureux de prendre le départ… sans savoir ce qui m’attendait quelques minutes plus tard!

Le genre de surprise qui ne fait pas plaisir… Article simple et spontané :

Triathlon DO de Seneffe : coup de gueule !

Triathlon DO de Seneffe - coup de gueule

Credit photo : Mika Meskanen

 

Compte rendu rapide :

Le départ se faisant dans l’eau et non de la berge, je me suis échauffé à l’arrière du groupe pour être tranquille. Je me suis bien échauffé par contre, je n’ai pas entendu le compte à rebours pour le départ… Et j’ai été surpris par la trompette du départ alors que j’étais encore situé à l’arrière. Petite erreur de ma part car j’aurais tout simplement pu me placer plus tôt dans le groupe.

La bonne nouvelle du moment, c’est que je ne suis pas dans la bagarre du départClignement d'œil Mais je dois remonter petit à petit les nageurs plus lents que moi et j’y laisse forcément quelques forces… Je sors de l’eau avec de bonnes sensations, j’effectue une transition rapide puis c’est parti pour la partie vélo! Les jambes ont l’air en pleine forme même si les entraînements avaient été durs durant la semaine. C’est donc parti pour 3 boucles où j’ai la ferme envie de pousser sur les pédales!!

Mais au lieu de 3 boucles, je n’ai finalement fait que 3 kilomètresTriste

J’avais les mains sur mes prolongateurs lorsque j’ai soudainement vu apparaître une tache blanche ronde sur mon pneu avant! Merde, une punaise! Je ralentis et je réalise que mon pneu est toujours bien gonflé donc ça a l’air d’aller… Mais 2 kilomètres plus loin, je dois me rendre à l’évidence, mon pneu est plat! Et sur une distance telle qu’un DO, le temps perdu à changer une chambre à air représentant pas mal de places perdues, j’avais fait le choix, comme beaucoup d’athlètes de ne pas emporter le matériel nécessaire pour réparer… Je suis donc contraint à l’abandon.

C’est la première fois que ça m’arrive alors petite note à moi-même : comme je ne joue quand même pas la victoire le poids d’une chambre à air, de 2 démonte-pneus et d’une capsule de CO2 sera acceptable et toujours utile histoire de pouvoir réparer et tout de même profiter de ma course à moi! Sage décisionSourire

 

Mais sur le moment, je suis d’abord surpris, une belle punaise toute propre! Ensuite je râle un peu puis je ressens de la déception et finalement j’accepte le fait de course… Je déciderai d’ailleurs de quand même courir les 10km à fond, pour le fun, une fois que je serai de retour au parc à vélo en même temps que les derniers triathlètes finissant leurs 3 boucles.

 

Coup de gueule envers les saboteurs de triathlon !

Une fois dans la camionnette d’assistance pour rentrer au parc, j’apprends que des punaises ont été dispersées volontairement sur la route à certains endroits du parcours! Au final, plus d’une cinquantaine de triathlètes devront abandonner, victimes de crevaisons, toutes causées par ces punaises!!!

Avant le départ, rien n’y était car certains avaient repéré le parcours sans encombre… Il s’agit donc obligatoirement d’un acte voué à saboter l’organisation et ce triathlon. J’avais déjà accepté mon abandon depuis 45 minutes mais ça me faisait tout de même rager intérieurement! Je ne jouais rien sur cette course donc rien de grave mais honnêtement, je trouve cela honteux de saboter ainsi un triathlon!

C’est d’abord très dangereux pour les triathlètes qui risquent l’accident avec des conséquences qui peuvent être graves étant donné la vitesse! Un triathlète aurait d’ailleurs chuté, en ligne droite, à l’endroit le plus rapide du parcours même si je ne sais dire si cela est dû aux punaises… Cela me fait tout de même bondir et j’ose espérer que ces saboteurs ne réalisaient pas complètement la gravité de leurs actes et que vu sous cet angle, ils y réfléchiront à 100 fois avant d’agir!

Mais ensuite, pour d’autres athlètes, ce triathlon représentait peut-être une victoire à aller chercher, des points à prendre pour le Challenge Supercoupe, une qualif à obtenir pour les Championnats du monde et d’Europe DO ou encore leur défi sportif de l’année! Je peux ainsi surtout comprendre leur déception!

 

Néanmoins :

Ce type de sabotage n’empêche pas le déroulement des triathlons ni le fait que des dizaines de triathlètes puissent franchir fièrement la ligne d’arrivée! Ce n’est sûrement pas ça qui nous arrêtera de participer à des triathlon et encore moins qui empêchera au triathlon d’existerSourire

 

Ce que j’ai appris grâce à cette course :

1. Etre plus attentif au moment du départ afin d’être prêt, au bon endroit, à l’instant où ça démarre. Car ici, j’étais un peu piégé à l’arrière de la masse alors que je me situe plutôt aux alentours du premier tiers en natation…

2. Etre capable de changer rapidement ma chambre à air car lors de mes gros objectifs de triathlon sur semi voire Ironman complet, être capable de réparer rapidement me permettra de jouer quand même un bon chrono malgré une crevaison!

3. Crever, ça peut nous tomber dessus à chaque triathlon. Ca paraît bête mais comme c’est la première fois que je suis victime d’une crevaison, je n’avais encore jamais vraiment réalisé que ça pouvait arriverRire Donc voilà, il faut simplement être prêt “mécaniquement” et mentalement car à chaque course, il y a un faible pourcentage* de chance pour que ça arrive mais ça peut arriver!

*attention : ce faible pourcentage augmente considérablement lorsque des petits comiques décident de jeter des punaises sur le parcoursRire

 

Un petit mot sur l’organisation :

Hormis ce fait de course qui a pourri le triathlon de nombreux triathlètes sur cette édition, le triathlon de Seneffe est bien organisé et le niveau y est relevéClignement d'œil Les nombreux bénévoles sont très sympathiques et vous encouragent le long du parcours et aux ravitaillements donc ça fait toujours très plaisir! La natation se fait dans un canal avec 2 boucles où d’après les GPS de plusieurs concurrents, il manquait quelques mètres pour arriver à 1500. Le parcours vélo sur 3 boucles de 13,5km n’est pas extraordinaire pour les paysages mais il offre une belle variété de tronçons (plats, faux-plats, petites côtes, avec punaises, sans punaise – je blagueSourire…) et est globalement roulant. Petit point négatif, la présence de quelques voitures (uniquement dans le sens de la course) alors que les routes sont parfois étroites… Enfin à pied, 2 aller-retours à plat le long du canal où il règne une chouette ambiance avec les supporters!

Petit clin d’œil également pour le conducteur de la camionnette d’assistance qui m’a gentiement ramené au parcClignement d'œil

 

Pour résumer, quelqu’un qui jette des punaises sur la route ne nous empêchera jamais de profiter d’une belle journée de triathlonSourire

 

On progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Name of author

Name: Francois Kartheuser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *