Blog Le Triathlon

Comment débuter et progresser en triathlon

Home » Le syndrome de l’essuie glace

Le syndrome de l’essuie glace

Salut les triathlètesSourire

Fléau qui touche surtout les coureurs à pied, en triathlon, nous sommes concernés par cette pathologie. Mais qu’est-ce que le syndrome de l’essuie glace? Quels sont ses causes et ses symptômes? C’est ce que nous allons voir dans cet article :

Le syndrome de l’essuie glace

le syndrome de l'essuie glace

 

Le syndrome de l’essuie glace porte plusieurs noms comme :

– le syndrome de la bandelette ilio-tibiale

– le syndrome de la bandelette de Maissiat ou encore

– le syndrome du TFL c’est-à-dire du tenseur du fascia lata qui est le nom de ce muscle

Le syndrome de l’essuie-glace est une pathologie essentiellement rencontrée dans le monde du sport qui touche plutôt les sportifs jeunes et qui se caractérise par une douleur sur la face externe du genou. En triathlon, on rencontrera le syndrome de l’essuie glace à la suite du cyclisme ou de la course à pied. Mais la plupart du temps, ce sera lié à la course à pied parce qu’il faut savoir que ce syndrome touche 1 coureur sur 4! 25 % des coureurs sont touchés par ce syndrome au moins une fois dans leur vie.

Le syndrome de l’essuie glace est le nom qu’on donne pour parler de l’inflammation du tendon du muscle tenseur du fascia lata ou TFL. Il s’agit donc d’une tendinite! Le TFL est un muscle qui part de la hanche et qui va jusqu’au tibia. Sur son trajet, il passe sur le côté externe du genou d’où la localisation de la douleur.

 

Comment survient le syndrome de l’essuie  glace?

Quand on pédale ou quand on court, le genou alterne mouvements de flexion et d’extension et le tendon vient frotter sur la face externe du genou (sur le condyle latéral), à chaque fois d’avant en arrière (c’est cela qui fait penser aux essuie-glaces), et c’est ce frottement sur le tendon qui va provoquer l’inflammation.

 

Les causes du syndrome de l’essuie glace :

Ce syndrome peut notamment être causé par :

– une déformation du genou (genou varum)

– un trop gros volume d’entrainement

– un mauvais matériel c’est-à-dire des mauvaises chaussures ou alors un mauvais réglage des cales sur vos chaussures de vélo

– une pratique de la course à pied avec trop de dénivelé ou de descentes

Au final, tous ces facteurs augmentent ce phénomène de frottement sur la partie externe du genou.

 

Les symptômes du syndrome de l’essuie glace :

Cela va se traduire, tout d’abord, par une douleur au niveau de la face externe du genou (quelques centimètres au-dessus de l’interligne articulaire). Ce sera une douleur qui ressemble à une brûlure… Cette douleur survient à partir d’un certain nombre de kilomètres, variable d’une personne à l’autre, et peut augmenter petit à petit avec l’entrainement. Dans certains cas, la douleur devient insupportable et oblige de s’arrêter.

Vous pouvez également ressentir des douleurs en étirant le muscle TFL ou en venant appuyer sur la face externe du genou lorsque le genou est positionné en flexion et que vous appuyez environ 3 centimètres au-dessus de l’interligne articulaire du genou.

 

Je pense que vous savez maintenant vraiment ce qu’est le syndrome de l’essuie glace! Dans cet article, découvrez maintenant que faire contre ce syndrome au niveau du traitement!

En attendant, écrivez dans les commentaires si vous avez déjà souffert de ce syndrome et comment vous vous en êtes sortiClignement d'œil!

 

On progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Recherches utilisées pour trouver cet article :pathologie du coureur, temoignage syndrome essui glace

Nom de l auteur

Nom : Francois Kartheuser

3 commentaires sur “Le syndrome de l’essuie glace

  • Pingback: Comment éviter le syndrome de l'essuie glace? | Blog Le Triathlon

  • Un de mes amis débutant en course à pied à lui aussi souffert de cette pathologie. Le repos forcé a été une étape qui lui a permis de rapidement soulager la tendinite. De mon côté, j’ai testé les cataplasmes d’argile pour une tendinite de l’épaule et ça a été extrêmement efficace.

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Salut Elodie,

      Merci pour ton retour. Le repos est presqu’incontournable (au moins sur une petite période) pour soulager durant la phase inflammatoire. C’est vrai que l’argile est aussi une bonne technique mais je n’en ai pas parlé car cela sort du cadre « traditionnel ». J’aime ce genre de technique et je l’ai utilisée en tant que kiné sur d’autres pathologies, donc c’est bien que tu en parles!
      Pour le blog, c’est plutôt le type de technique qui peut faire l’objet d’un article seul.

      A bientôt

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​4 plans S, M, half ou IRONMAN® gratuits et adaptables à ton agenda