Blog Le Triathlon

Comment débuter, progresser et performer en triathlon

Home » Les 3 meilleurs conseils de Lionel Sanders pour un ironman

Les 3 meilleurs conseils de Lionel Sanders pour un ironman

Salut les triathlètesSourire

Vous l’aurez remarqué, Lionel Sanders est le triathlète pro que je préfère. Cela fait maintenant 2 ans que je suis son évolution, ses résultats, les informations qu’il publie, etc. Je suis d’ailleurs entré en contact avec lui il y a quelques mois et dans cet article, je vous partageais le meilleur investissement à faire pour progresser à vélo qu’il m’avait donné durant nos échanges.

Et si vous ne le saviez pas encore, Lionel Sanders est, lui aussi, l’auteur d’un blog qui porte son nom : lsanderstri.com

En anglais, il y partage essentiellement ses résultats en y ajoutant des analyses de données, des constations sur son évolution, des conseils ou des entrainements spécifiques qu’il fait. Je suis donc un fervent lecteur de son blog et aujourd’hui je vous partage quelques points que j’ai relevés sur son dernier article après l’ironman d’Hawaii 2017 et qui pourraient vous intéresser également!

Les 3 meilleurs conseils de Lionel Sanders pour un ironman

3 conseils de Lionel Sanders pour un ironman

Credit photo : Olaf Kosinsky

1. S’entrainer au-dessus ou en-dessous de son allure de course

Selon lui, les triathlètes passent trop de temps à s’entrainer à leur allure de course!

Il pense que nous profiterons davantage de notre temps d’entrainement si nous nous entrainons significativement au-dessus ou en-dessous de notre allure de course. Il donne d’ailleurs son propre exemple en disant que sa puissance moyenne à vélo à Kona était de 313 watts et que c’est la seule fois de l’année où il a roulé à cette allure/puissance sur une durée déterminée!

 

2. Récupérer “fort”

Quand j’utilise “récupérer fort” je veux dire “vraiment bien récupérer”. En anglais il utilise les termes “recover hard” qui signifient “récupérer durement”.

Il explique qu’il voit trop d’athlètes s’entrainer trop fort! Ce qui, à première vue n’est pas trop grave mais là où il va plus loin, c’est qu’il dit que ces athlètes ne se donnent pas suffisamment de temps de récupération après.

Au final, c’est ce qui rend l’entrainement épouvantable et qui empêche, à moyen et long terme, le triathlète de s’entrainer aussi bien qu’il ne pourrait le faire en étant assez reposé.

Selon Lionel Sanders qui s’entraine vraiment dur : “Aussi dur vous vous entrainez, aussi dur vous devez récupérer”

D’ailleurs, dans l’analyse de ses données d’entrainement qu’il partage ouvertement, on s’aperçoit que, durant les 45 semaines de préparation (oui c’est long Sourire mais c’est un pro) pour ces championnats du monde ironman à Hawaii, sa moyenne d’heures d’entrainement par semaine était de 16h27! Avec 25h58 pour sa plus grosse semaine de l’année.

Seulement???? Eh bien oui, il faut croire qu’il applique bien ce qu’il conseille : s’entrainer dur mais récupérer aussi durClignement d'œil

De plus, on en revient à un sujet phare sur l’entrainement en triathlon “entrainement en qualité ou en quantité”, déjà abordé ici.

 

3. Aimer, véritablement, l’entrainement et les compétitions

Il remarque que certains triathlètes voient leurs entrainements comme s’il s’agissait d’une corvée ou d’une tâche à faire dans la journée…

Ou ils associent tout le style de vie du triathlon à une forme de sacrifice constant.

Alors que pour lui, l’entrainement est un réel plaisir chaque jour. Comme il l’explique, diminuer son entrainement pour s’affûter pour une course n’est pas ce qu’il préfère car il veut continuer à s’entrainerSourire

Il dit lui-même : “J’ai aimé chaque minute de chacun de mes blocs d’entrainement et je me serais contenté de continuer ainsi…”

Mais voilà, Kona arrivait et il voulait être prêt!

 

Je ne peux qu’être en accord avec lui sur ce point!

C’est vrai que pour progresser et performer, il est bon de suivre un plan précis. Mais le plaisir doit rester le maître mot! Aimez ce que vous faites au quotidienSourire

 

J’espère que vous aurez apprécié les 3 meilleurs conseils de Lionel Sanders pour préparer un ironman! Ou du moins que cela vous aura fait réfléchir sur votre approche. Moi oui en tout cas!

On peut effectivement être d’accord ou pas avec cela, ce qui compte finalement, c’est de se remettre en question, d’analyser ce qui fonctionne ou pas pour soi… Et puis prendre un plaisir véritable à donner chaque jour le meilleur de soi-même à l’entrainement, aux autres et à sa vie!

 

On progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Name of author

Name: Francois Kartheuser

Un commentaire sur “Les 3 meilleurs conseils de Lionel Sanders pour un ironman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *