Blog Le Triathlon

Comment débuter et progresser en triathlon

Home » Le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon

Le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon

Vous le savez, je me suis rendu en Angleterre pour participer à une course faisant partie de la Castle Triathlon Series.

J’ai pris part à la distance half ironman et je vous livre maintenant…

Le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 3

 

Un weekend axé sur la découverte :

Départ vendredi avec Tiffanie en direction de la côte belge, à la mer du Nord. On passera la soirée et la nuit à La Panne, dans le bel appart d’un de mes amis kinés rencontré lorsque je bossais en GuadeloupeSourire Samedi matin, on quitte la Belgique pour passer un court moment dans le nord de la France afin de prendre l’eurotunnel à Calais… Je ne savais même pas que ça existait mais en gros, c’est un train dans lequel on peut mettre sa voiture et puis se laisser conduire jusqu’en Angleterre à Folkestone. 30 minutes et le passage sous la manche est bouclé!

Brexit ou pas, les anglais du contrôle douanier étaient bien sympas et amusés de voir des petits belges venir faire un triathlon sur leur îleRire

Les 6 roues et nos 4 pieds sur le territoire anglais (ben oui, les 4 roues de la voiture et les 2 du véloClignement d'œil), c’est parti pour Forest Row où nous avons pris un airbnb! Pas vraiment envie de passer par les grands axes routiers, on choisit un parcours plus bucolique à travers la campagne. Je roule bien du côté gauche mais j’avoue que les ronds-points me perturbent quand même un peu… Par contre la route est très plaisante, au milieu de la High Weald (Area of Outstanding Natural Beauty = zone présentant une beauté naturelle exceptionnelle). Il s’agit d’une région de 1500km² où l’on retrouve des bois, des fermes anglaises, des collines et des petits villages.

C’est bien agréable de s’y balader mais je réalise rapidement qu’il n’y a rien de plat or le parcours vélo est en plein dans cette zoneRire Enfin, le parcours s’annonce beau!

Arrivé sur place au milieu de la journée, on décide d’aller faire un tour du côté du site du triathlon afin de le découvrir. Il y a des courses organisées le samedi aussi donc il y aura de l’animation!

 

Un site d’une beauté naturelle exceptionnelle :

Il fallait (presque) s’y attendre!

Avec la présence du soleil (toujours très incertain en Angleterre, mais pas à me plaindre puisque c’est la même chose en BelgiqueRire) dans cette région du High Weald, vous ajoutez un beau lac, un magnifique château et un triathlon puis vous êtes au paradisSourire

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 2

Nous nous sommes alors balader toute l’après-midi dans le château, au milieu de ses jardins, dans les parcs et autour du lac pour profiter de la nature resplendissante offerte par ce cadre. Pas l’idéal de marcher autant, la veille d’une course mais je n’étais pas là pour la performance. Ce dernier triathlon de ma saison avait pour but de découvrir une nouvelle région grâce au sport ainsi que la Castle Triathlon Series.

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 5

Autour de nous se déroulait également le triathlon pour les enfants du samedi. Avec 1500 enfants (répartis entre le samedi et le dimanche après-midi), il s’agit tout simplement du plus gros triathlon pour enfants du monde et avec environ 30 à 50 enfants par vague, je vous laisse calculer le nombre de vaguesRire Juste hallucinant!!! C’est génial de voir tout ce beau petit monde faire du triathlonSourire

 

A mon tour d’en découdre :

En fin d’après-midi, je vais m’enregistrer et retirer mon dossard histoire d’être plus tranquille le matin. On rentre ensuite à notre airbnb où on est chaleureusement accueillis dans une magnifique maison au milieu de la forêt. C’est l’occasion de discuter et d’échanger avec de nouvelles personnes sur différents sujets de la vieSourire Je ne suis pas affûté et prêt comme à mon ironman 70.3 de Zell Am See il y a 1 mois mais je mange correctement pour ne pas être à la ramasse le lendemain… Ensuite, une douce nuit avant le réveil matinal à 4h45!

Départ à 8h donc le temps de déjeuner, se rendre sur place, installer mes affaires dans le parc, etc… ça ne laissait pas trop le choix! Par contre voir le soleil se lever sur un lac, ça n’a pas de prix.

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 6

 

Une natation hors du commun :

7h45, je suis prêt, j’écoute le briefing bien complet (voire un peu trop long si on a lu le briefing en version papier) de la course et j’en profite pour m’échauffer les bras et les jambes sur place, avant d’enfiler ma combi. Une dernière gorgée de ma boisson d’effort, un dernier bisou à madame puis c’est parti!

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 7

L’eau est froide, 16°! Ca faisait longtemps que je n’avais plus nagé dans une eau plus fraîche donc ça surprend un peu. Puis je mets la tête dans dedans et là, “fait tout noir”… ou plutôt tout brun. Au bord, le lac n’est pas bien profond, on sent la vase puisqu’on a pied… et avec le monde, cette vase remonte un peu ce qui fait qu’on ne voit rien dans l’eau. Mais bon, c’est ça aussi le triathlonSourire C’est une des joies de l’eau libre! Heureusement qu’on n’a pas le fond du lac avec des petits carreaux bleus…

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 8

J’ai déjà lu quelque part “Si le triathlon était facile, on aurait appelé ça du football” Alors je ne vais pas retourner à la voiture pour un peu de vase…

Et puis, il y a un autre morceau hors du commun qui m’attend, le parcours natation! Car après les 600 premiers mettre en ligne droite où je suis bien placé dans le 2ème groupe, on prend direction “la rivière”Sourire

Environ 1km sinueux dans une rivière, sans réel courant puisqu’elle rejoint le lac à ses 2 extrémités… Mais c’est amusant car il faut vraiment gérer sa trajectoire et anticiper les virages. Puis si on longe trop les bords, on se retrouve dans la verdureRire comme lors de mon premier virage…

En tout cas, c’est vraiment génial, surtout qu’on passe sous des petits ponts où des supporters sont présents pour nous encourager, donc je profite!

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 10

Une natation amusante, sur un bon rythme pour sortir 27ème de l’eau en 33’14.

 

Le vélo qui fait mal :

Je m’élance sur le parcours vélo pour 2 boucles de 45km en sachant qu’il faudra gérer puisqu’il y a environ 1500m de dénivelé positif. Les jambes sont bonnes, j’ai dépassé quelques athlètes à la transition et au début du vélo donc c’est motivant! Puis au km3, je reviens sur un triathlète qui, 20m devant moi, se trompe de chemin et va tout droit à un carrefour où une flèche indique à droite…

Et par un manque de lucidité de ma part sur le moment, je le suis au lieu d’aller à droite. On roulera ainsi 2 kilomètres avant de réaliser qu’on est hors du parcours et qu’un arbitre en moto averti par un bénévole nous accompagne pour revenir sur le parcours… Une bête erreur qui me coûte 5 à 10’ alors que j’avais vu la flèche! Enfin bref, je ne suis pas là pour le chrono mais étant un compétiteur, je réalise vite les nombreuses places perdues.

De retour sur le parcours, ça roule bien et je récupère des places, même si les côtes et les descentes s’enchainent les unes après les autres, sans arrêt! Relances, en danseuse, en position sur les prolongateurs, virages, ne pas oublier de rouler à gauche, je vous assure que je ne me suis pas ennuyéRire

Mais physiquement et psychologiquement c’est dur! Les pulsations n’ont jamais le temps de redescendre avant la côte suivante et trouver le bon moment pour me ravitailler devient difficile. De plus, je roule tout seul depuis le km30, personne devant, personne derrière pendant 15km. Heureusement le passage près de Tiffanie au km45 me fait du bien au moralSourire!

C’est la 2ème boucle qui va faire mal… Je suis revenu sur 2 gars que j’ai en visuel à 80m donc même si l’écart ne diminue pas, c’est motivant. Mais rien à faire, l’enchainement incessant des côtes m’use beaucoup. Il n’y a qu’à voir le tracé du dénivelé… pas plus de 500m d’affilée à plat!

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 4

Alors j’accuse le coup au km 60, je perds le visu sur les 2 gars et j’en chie un peu! Je regarde le paysage en attendant que les kilomètres passent et que les sensations soient meilleures. 15km dans le dur puis au 75ème, ça se réveille. Est-ce parce que je suis passé à côté d’une chorale de gospel au bord du parcours (comme il y a des fanfares en Allemagne), que je me suis remotivé?Sourire

Peu importe, je me sens mieux, je reviens à nouveau sur les 2 copains. 1 des 2 lâche prise et on ne le verra plus puis je finirai par dépasser l’autre aussi avant de terminer cette partie vélo éprouvante en 3h07 = 23ème temps vélo (probablement 3h sans ma sortie du parcours au km3).

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 11

 

Courir pour le plaisir :

Je ne suis pas venu pour “me faire mal” sur ce dernier triathlon de 2017 donc je décide de bien profiter de ma course à pied, des paysages et de l’ambiance qui règne autour du château d’HeverClignement d'œil

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 12

Et tant mieux, parce que la course à pied n’est pas plate non plus (environ 200m de dénivelé positif), avec des petits virages et des relances. 2 boucles de 10,6km dont seulement quelques centaines de mètres en bitume. Le reste du parcours passe dans les bois, les prairies, les champs de maïs, les parcs et jardins du château.

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 9

Il fait beau, chaud même, et ce parcours pédestre est finalement assez exigeant!

J’opte donc pour un rythme plus faible qu’à mon habitude mais régulier… J’ai bon d’être là et je réalise la chance que j’ai de faire un beau sport comme le triathlonSourire Je m’arrête pour embrasser Tiffanie, je remercie les bénévoles, je ris avec le public…

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 13Les kilomètres passent, je reprends néanmoins encore quelques triathlètes du half ironman, ceux du DO étant aussi sur le parcours après être partis plus tard. Puis je viens conclure ce Hever Castle Triathlon en 5h27’38 (16ème au classement général) avec un semi-marathon en 1h42 (18ème temps).

 

Repos bien mérité :

Je suis heureux de franchir la ligne d’arrivée et de terminer cette magnifique saison de triathlon 2017 avec ce difficile mais très beau triathlon en AngleterreSourire Alors je savoure ce moment, je prends mon temps, je me ravitaille bien à l’arrivée, Tiffanie est près de moi et on reste ébahit devant la beauté des lieux. Je me sens bien, je suis prêt à faire place à la coupure de fin de saison et voilà la fin du compte rendu de ma course au Hever Castle TriathlonClignement d'œil

le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon 14

C’est bon de faire du triathlon… et vivement les rendez-vous de l’an prochain!

 

Alors n’oubliez pas que la vie est belle, qu’on progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Nom de l auteur

Nom : Francois Kartheuser

6 commentaires sur “Le compte rendu de ma course au Hever Castle Triathlon

  • On y retourne quand tu veux! 🙂

    Reply
  • Hello françois,

    Hey bien très content de te lire ton résumé de course. Je ne peux que te féliciter, belle performance car le parcours n’est pas de tout repos!

    Des amis ont fait celui de Chantilly, et n’en était pas très content malheureusement mais je vois que l’Angleterre est quand même beaucoup mieux !

    Je pense que faire un triathlon en fin de saison comme tu l’as fait, pour le plaisir sans réel objectif, est vraiment important pour le moral. Bon maintenant saison terminée, on va récupérer et repartir de plus belle car 2018 est déjà tout proche. {impatient}

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Salut Julien,

      Merci beaucoup! Oui c’était vraiment très agréable de passer un beau weekend de triathlon hors des sentiers battus et sans objectif précis si ce n’est prendre du plaisir 🙂
      Lorsque j’ai annoncé que j’allais à ce triathlon, j’ai aussi eu l’un ou l’autre écho moins satisfaisants sur celui de Chantilly de la même série.
      Comme cette série est née en Angleterre et que le triathlon du Château d’Hever est le plus gros, je pense que l’organisation y est sûrement meilleure. Maintenant je participerai peut-être à celui de Chantilly l’an prochain et je partagerai mon ressenti.

      Bonne reprise pour 2018!

      Reply
  • Merci pour ce beau CR. Les paysages sont superbes ! En te lisant, je me demandais si les ravitos étaient les mêmes qu’en France et en Belgique ? Est-ce qu’ils ont des particularités british ?

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Honnêtement je n’ai pas fait très attention car je roule avec mes boissons + nutrition dans ma petite saccoche et je cours avec mes gels. Aux ravitos, je n’utilise souvent que de l’eau. Cependant, si je sens que j’ai besoin de plus, je prends ce que la course propose.
      Mais de ce que j’ai vu ici, il y avait de l’eau, boisson iso (pas de coca), des gels, des barres et des bananes. Le tout de la marque HIGH5 qui est leur partenaire… Ravitos corrects, les mêmes qu’en France et en Belgique (sauf le coca).
      Mais même en France et en Belgique, les ravitos peuvent varier d’une organisation à l’autre donc difficile à dire. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je cours avec mes produits (dans la mesure du possible).

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.