Blog Le Triathlon

Comment débuter et progresser en triathlon

Home » La fréquence cardiaque en triathlon

La fréquence cardiaque en triathlon

Dans l’article précédent, nous avons vu quand est-ce qu’il était intéressant d’utiliser la fréquence cardiaque en triathlon!

Mais avant cela, il aurait peut-être été utile d’en savoir un peu plus sur la fréquence cardiaque… car nous en parlons beaucoup en triathlon et finalement, savons-nous vraiment de quoi nous parlons?

Le but de cet article est donc de mieux comprendre

La fréquence cardiaque en triathlon

run 16-4-17

 

Qu’est-ce que la fréquence cardiaque?

La fréquence cardiaque que vous rencontrerez régulièrement sous la forme écrite “FC” est en fait le nombre de battements de votre cœur (= pulsations) par minute. Elle se compte donc en battements par minute (= BPM).

Exemple : ma FC est actuellement de 68 BPM soit 68 battements par minuteSourire

 

A quoi la fréquence cardiaque sert-elle en triathlon?

La fréquence cardiaque nous montre l’activité et surtout l’intensité avec laquelle notre cœur travaille. Et le rôle de notre cœur, j’espère que je ne vous l’apprends pasSourire, il est d’assurer la circulation du sang dans tout notre corps, notamment pour y amener l’oxygène! Cela se fait grâce à la contraction du muscle cardiaque (= myocarde) sous l’influence de notre système nerveux.

La fréquence cardiaque vous donne ainsi une mesure chiffrée de l’activité de votre cœur. Cela va donc vous permettre d’avoir un indicateur sur l’intensité de vos entraînements!

 

Comment mesurer le rythme cardiaque en triathlon?

Il existe plusieurs façons de mesurer le rythme cardiaque mais voici les 3 que vous rencontrerez en triathlon :

– le cardiofréquencemètre : vous pouvez ainsi voir votre FC instantanée! C’est la manière la plus utilisée et donc rencontrée en triathlon. Le cardiofréquencemètre convient surtout pour le vélo et la course à pied car dans l’eau, ce système ne fonctionne pas vraiment et de toute façon, vous n’allez pas regarder l’écran de votre montre en nageantRire

– la prise manuelle du pouls : souvent au niveau du coup (sur l’artère carotide) ou au niveau du poignet (pouls radial). Vous l’utiliserez rarement mais par exemple, en natation, vous pouvez prendre votre pouls après un 100m. Astuce : prenez le nombre de battements durant 10 ou 15 secondes puis multipliez le résultat respectivement par 6 ou par 4 pour avoir le nombre de vos BPMClignement d'œil

– l’électrocardiographie : vous rencontrerez cette méthode lors d’un test à l’effort en laboratoire. Votre fréquence cardiaque sera alors calculée sur base de l’activité électrique de votre cœur, captée par des électrodes placées sur votre peau durant l’effort. Cela offre ainsi une représentation graphique (= électrocardiogramme) de cette activité.

 

Quelques normes sur la fréquence cardiaque…

Il faut savoir qu’en tant qu’être humain, normalement, notre FC au repos (lorsqu’on est inactif) diminue plus nous avançons en âge. Ainsi notre FC au repos est d’environ 120 à 160 BPM à la naissance puis diminue petit à petit jusqu’à 55 à 65 BPM pour la FC au repos des personnes âgées.

Dans cet ordre d’idée, la FC au repos d’un adulte normal est de 70 à 80 BPM.

Mais dans le cas d’un adulte sportif et entraîné, cette FC au repos peut descendre bien plus bas et c’est d’ailleurs peut-être votre cas. Entre 40 et 60 BPM! D’où l’expression que vous entendrez souvent chez le médecin : “vous avez un cœur de sportif!”

 

La notion de fréquence cardiaque maximale en triathlon

Votre fréquence cardiaque maximale (= FCM ou FC max) est la fréquence la plus élevée que votre cœur peut atteindre (lors d’un effort à très haute intensité dans le cas du triathlon)!

Exemple : ma FC max est de 194 BPM…

Il y a plusieurs manières de la calculer et vous verrez que certaines méthodes sont meilleures que d’autres. Elle permettra ensuite d’établir vos zones d’intensités sur base de votre fréquence cardiaque et donc de suivre un plan d’entraînement plus précis et plus personnalisé!

Ce sujet étant plus spécifique, il fera l’objet d’un prochain articleClignement d'œil

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à cliquer sur “j’aime” et à m’écrire, dans les commentaires, quelle est votre fréquence cardiaque au repos!

 

On progresse ensemble et célébrons la magie du triathlonSourire

Nom de l auteur

Nom : Francois Kartheuser

3 commentaires sur “La fréquence cardiaque en triathlon

  • Philippe Bellone

    Salut Francois
    Parleras tu dans ton prochain article des intensités de travail aux entraînements ? Et ce qui permet de gagner en endurance ??
    Toujours intéressant tes articles promis la semaine prochaine j attaque les étirements pour la natation

    Merci encore

    Reply
    • Francois Kartheuser Post author

      Bonjour Philippe,
      Dans le prochain article, je parlerai d’abord de la fréquence cardiaque maximale car c’est très important avant d’établir les zones d’intensité que tu évoques. Mais ensuite, l’article d’après sera vraiment voué à ces zones d’intensité sur base de la fréquence cardiaque 😉 + l’intérêt de chaque zone oui…

      Reply
  • Francois Kartheuser Post author

    Ma fréquence cardiaque au repos est de 49 BPM. Il est bon de préciser qu’entre 2 personnes du même âge, ce n’est pas forcément celle qui a la FC au repos la plus basse qui sera la plus performante… et que la fatigue a un impact sur cette valeur. Fatigué, la FC descend souvent moins bas, raison pour laquelle il est intéressant de prendre sa FC au repos de temps en temps (afin de juger son niveau de fatigue) 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.