Blog Le Triathlon

Comment débuter et progresser en triathlon

Home » 5 conseils pour améliorer sa nage en triathlon

5 conseils pour améliorer sa nage en triathlon

Comme une bonne partie des triathlètes débutants, j’ai vite réalisé que la natation était mon point faible et qu’elle nécessitait une pratique régulière afin de passer cette première épreuve sans y laisser trop d’énergie.

5 conseils pour améliorer sa nage en triathlon

Credit photo : Jean-Claude Mouton

Tout d’abord, la respiration! Quelques longueurs suffisaient pour que je sois à bout de souffle… Ensuite la distance. Même avec un temps de récupération, l’enchaînement des longueurs était compliqué car je déployais une énergie incroyable pour avancer dans cette masse que constituait l’eau de ma piscine communale. Et enfin la vitesse! Un vrai combat pour aller plus vite alors que j’avais l’habitude de la course à pied où il « suffit » de peu pour accélérer et cela sans trop réfléchir…

Quand on a peu d’heures de natation derrière soi, on a plutôt l’impression de patauger que de vraiment nager.

C’est pourquoi, je vous partage les premiers conseils que j’ai pu recevoir ou recueillir. J’espère qu’ils vous permettront, vous aussi, d’améliorer votre nage en triathlon.

 

1. S’inscrire dans un club de triathlon

On peut ainsi profiter des heures d’ouverture de la piscine prévues pour le club sans être déranger par les écoles, le public et les enfants qui jouent.

On y fait aussi de belles rencontres! Quel rapport me direz-vous? Cela offre la possibilité d’avoir toujours des compagnons d’entraînement et ça aide ! Il y a des athlètes de tous niveaux avec qui progresser. Les plus expérimentés sont une source de progression. On peut les observer et leur demander conseil. Cette aide est donc la bienvenue, d’autant plus que, quand nous débutons en triathlon, il est fort probable que nous ayons beaucoup à apprendre des autres.

De plus, une fois dans l’eau, on ne se rend pas toujours compte de notre technique de nage. Ceux qui se trouvent hors du bassin et qui vous regardent sont bien placés pour observer certains défauts et pour vous en faire part!

J’ai effectué beaucoup de progrès grâce à mon inscription au sein d’un club et en suivant les conseils qui m’étaient donnés.

Si vous êtes sceptiques, essayez tout de même de suivre leurs instructions quelques semaines avant de juger de leur efficacité ou non…

A défaut de s’inscrire dans un club, prendre des leçons de natation constitue une belle alternative et promet sûrement de bons progrès!

 

2. S’attarder sur la technique de base dans un couloir qui correspond à vos besoins et à vos objectifs

Une fois inscrit dans un club, on s’aperçoit naturellement qu’il y a des nageurs meilleurs que d’autres. Or, notre ego nous pousse parfois à nous surévaluer et donc à vouloir nager auprès d’eux. Vous avez bien raison, on progresse plus vite! Cependant, nous n’avons pas le niveau et forcer sans cesse comme un bœuf n’est pas la meilleure solution.

Il est donc intéressant de travailler d’abord sa technique pour être plus efficace dans sa nage. Rien ne vous empêche, par la suite, de rejoindre un meilleur groupe de nageurs… qui, eux aussi, s’attardent régulièrement sur leur technique!

 

3. Munissez-vous du matériel nécessaire pour débuter sans superflu

Un maillot de bain, un bonnet et des lunettes feront l’affaire. Commencez déjà avec vos premières sensations dans l’eau avant de vous entraîner directement avec un pull boy et/ou des plaquettes.

En effet, lorsque nous débutons, nous avons surtout besoin de trouver nos repères dans un milieu complètement différent que celui dans lequel nous vivons (air-eau). De mauvaises habitudes par rapport à notre position et nos mouvements sont vite prises suite à une utilisation trop précoce et soutenue de ces accessoires de nage.

Par après, il sera toujours temps de les acheter et de les utiliser pour progresser si besoin…

 

Concernant la technique, voici les premiers conseils qui m’ont été donnés et qui m’ont permis de progresser énormément!

 

4. Pousser jusqu’au bout avec la main

C’est-à-dire? En crawl, lors de la poussée sur l’eau, vers l’arrière, avec le bras, j’arrêtais trop tôt le mouvement et je sortais ensuite mon bras de l’eau environ à hauteur de la hanche. Je perdais là, une partie intéressante de la phase d’immersion.

Il faut donc essayer de pousser le plus loin possible de sorte que notre main dépasse largement notre hanche avant que le bras ne sorte de l’eau. Cette dernière partie de la phase de poussée devrait alors être une accélération de la main vers l’arrière.

On gagne en efficacité! Et on a besoin de moins de coups de bras pour parcourir une même distance.

 

5. Eviter de croiser avec la main et le bras

Lors de l’entrée dans l’eau, croiser le bras ou la main devant soi déstabilise notre nage et augmente notre résistance à l’avancement.

Une astuce pour éviter ceci est d’imaginer une ligne partant du sommet de notre tête vers le mur au bout de la longueur. Veiller ensuite à ce que chaque main, à l’entrée dans l’eau, reste de son côté par rapport à la ligne.

Quelqu’un hors de l’eau pourra facilement vous indiquer si vous êtes sur la bonne voie ou pas.

 

Voici, pour débuter, ce que j’ai pu recueillir et expérimenter. J’ai pu ainsi améliorer ma nage, mon endurance et mes chronos.

J’espère que cela vous donnera une base pour commencer à améliorer votre nage en triathlon et indiquez dans les commentaires si vous avez des choses à ajouter sur ces différents points.

A bientôt 🙂 ,

Blog le Triathlon Francois Kartheuser

 

 

François Kartheuser

Nom de l auteur

Nom : Francois Kartheuser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​4 plans S, M, half ou IRONMAN® gratuits et adaptables à ton agenda